Dormir avec la sophrologie

Dormir est une fonction innée

Saviez-vous que dès les premières heures de notre vie, nous savons dormir ? Il suffit de regarder un nouveau-né, pas besoin de lui expliquer comment dormir, il trouve tout seul.

Alors oui, souvent, le sommeil du nouveau-né ne correspond pas au sommeil de ses parents, mais le principal est qu’il sait dormir.

Dormir est donc une fonction innée et qui est aujourd’hui très bien connue. Le « train du sommeil » est composé de phases de sommeil léger et profond, de sommeil paradoxal et de phases d’éveil.

Nous savons également aujourd’hui que le sommeil évolue avec l’âge : 

  • des cycles courts et répétés chez nouveaux-nés avec un sommeil calme ou agité
  • une durée des cycles qui augmente chez les jeunes enfants avec l’apparition des cycles de sommeil lent léger et profond
  • les adultes ont un sommeil plus varié, avec des cycles plus longs
  • les personnes âgées conservent leur temps de sommeil mais le vivent de manière plus fragmenté avec l’apparition de davantage de réveils nocturnes et de siestes

Vous pouvez d’ailleurs lire ici comment évolue plus précisément le sommeil de l’enfant.

Dormir est un besoin essentiel

Retenez également ceci : dormir nous permet de reposer notre corps, notre esprit. Comment ?

  • Cela nous permet de faire le tri dans nos pensées et en transférant dans notre mémoire à long terme les souvenirs utiles.
  • En nous aidant à grandir lorsque nous sommes des enfants 
  • Cela favorise notre renouvellement cellulaire lorsque nous sommes un peu moins des enfants
  • Par notre capacité à rêver, dormir booste notre créativité et nous permet d’affronter nos peurs.

Dormir nous est aussi essentiel que manger.

Mais si nous avons du mal à dormir ?

Les différents troubles du sommeil

En effet, malgré tout cela, nous avons parfois du mal à dormir.

Découvrez ce qui nous empêche de bien dormir - Charlotte Weiss

Crédit : Charlotte Weiss

Vous le voyez, les maux du « mal-dormir » sont nombreux et leurs répercussions nous touchent la nuit mais bien-sûr, le jour.

Les conséquences d’un mauvais sommeil

Le manque de sommeil va d’abord entraîner une fatigue corporelle et mentale.

En effet, si notre corps et notre esprit ne peuvent se reposer la nuit, ils n’ont plus l’énergie nécessaire pour fonctionner correctement le jour. Cela va entraîner des troubles de l’attention, de la concentration, de l’irritation et une instabilité émotionnelle.

Ceci va également avec comme conséquences :

  • une baisse de la performance et de la productivité au travail,
  • une augmentation des risques d’accidents, que ce soit des accidents domestiques par faute d’inattention ou des accidents plus graves sur la route par défaut de concentration,
  • une moindre tolérance au stress et une augmentation des somatisations : eczéma, troubles digestifs…, pensées parasites, dépression, burn-out…
  • des répercussions sur notre vie sociale, professionnelle, familiale…

Sachez que le plus souvent, ces troubles du sommeil sont passagers, en réaction à un événement particulier. C’est lorsqu’on les laisse perdurer qu’ils peuvent ensuite devenir chroniques et virer à l’insomnie.

Bref, le manque de sommeil n’est pas un trouble à prendre à la légère. D’autant plus que des solutions simples existent. Si nous les mettons en place dès le début des troubles, nous pouvons empêcher le passage au trouble chronique.

S’aider à mieux dormir avec la sophrologie

Apprenez que la sophrologie dispose de nombreux outils pour nous permettre de mieux dormir.

Des stratégies symptomatiques

Voici les stratégies en sophrologie qui vont nous permettre de lutter contre les troubles du sommeil :

  • Apprendre à reconnaître nos signes de fatigue avec la lecture du corps,
  • Identifier notre chronotype du sommeil : êtes-vous plutôt couche-tôt ou couche-tard ?
  • Prendre conscience des « mauvaises » habitudes qui viennent perturber notre sommeil. La consommation abusive d’excitants, le sport à un horaire inadapté, un mauvais couchage…
  • Évacuer ce qui nous empêche de nous endormir
  • Faire des micro-siestes en journée pour récupérer de l’énergie et remettre les compteurs à zéro
  • Gérer notre niveau de stress général avec différents exercices

Des stratégies existentielles

Nous savons ce dont nous avons besoin pour mieux dormir. Et pourtant, souvent, nous ne le faisons pas ? Qu’est-ce qui nous retient ?

Il s’agit parfois simplement de reprendre confiance en sa capacité à dormir. Non, mal dormir n’est pas une fatalité. Non, on ne perd pas le sommeil.

On peut également retrouver des blocages plus existentiels :

  • un conflit de valeurs au travail,
  • un burn-out qui vient miner notre confiance en nous et notre estime de soi,
  • une loyauté à un schéma familial de sommeil qui ne nous correspond pas réellement…

La sophrologie dispose des outils pour répondre à ces problématiques. Et, contrairement aux somnifères, elle n’entraîne aucun effet de dépendance. 

Envie d’aller plus loin ?

Pour les jeunes parents qui souhaitent dormir

Pour les sophrologues souhaitant se spécialiser

Bien-Relax vous propose une masterclass sur le Sommeil : https://bienrelax.com/produit/formation-sophrologie-sommeil/

Pour les dormeurs souhaitant commenter

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *