Marcher avec un tout petit… et faire un peu (beaucoup) de sophrologie

Un rayon de soleil, un temps doux et printanier, le Vercors qui nous tend ses bras : une occasion rêvée pour se balader avec mes trois enfants, dont ma petite dernière qui découvre tout juste la marche.

Mais, que ce soit récent ou pas, peu importe, elle est obstinée, elle avance, comme une grande ! Il a donc fallu que je me mette à son rythme, à son niveau et ce fut une magnifique expérience !

Découvrir le monde à travers les yeux, les pas, les sens d’un tout petit marcheur, c’est marcher sur les chemins comme si c’était la première fois ! Une vraie expérience sophrologique !

La voir tester son équilibre, son ancrage au sol, sa stabilité et me rappeler à quel point c’est important pour avancer, peut-être lentement, mais sûrement. Sur les chemins mais dans la vie aussi.

La voir se pencher vers les scylles et les nivéoles, les primevères et les hellébores et ouvrir tous mes sens avec elle : les couleurs, les odeurs, le contact des pétales fragiles… et ne résistant pas toujours à sa main exigeante.

La voir tendre la main à ses frères pour qu’ils l’accompagnent avec patience et bienveillance et apprécier la confiance, l’harmonie, l’espoir dans leur belle relation fraternelle.

La voir s’arrêter dans un rayon de soleil, plisser les yeux puis sourire de cette douce chaleur sur ses joues et sentir monter en moi la tendresse, les émotions, toute cette énergie joyeuse.

Savoir que ce moment est en train de se graver en nous, dans notre mémoire à tous et qu’il suffira de se le remémorer pour en revivre toute la richesse, les émotions partagées, les fous-rires et les bêtises, les chutes et les quelques larmes, puis les bisous.

Savoir que cette balade, entre les arbres et les fleurs, les cailloux et les bouts de bois, sera propice à nous apporter calme et tranquillité : il suffira de nous concentrer un peu dessus !

Savoir qu’il me suffira de me rappeler cette journée, dans ces détails, pour éveiller en moi ce positif qui me nourrit tant… et qui me permet de nourrir ma famille, de joie, de tendresse, de paix.

Et vous ? Comment vivez-vous vos balades en famille ? Ou seuls ?

2 réponses
  1. Kelissen
    Kelissen dit :

    On ne randonne jamais en famille ici, mais ton texte donne envie de s’y mettre. Il faut dire que nous avons eu une très mauvaise expérience de randonnée entre amis, dans l’énervement généralisé. En te lisant, je me dis que nous n’avons pas véritablement essayé de nous mettre à leur niveau mais plutôt de coller à l’idée préconçue de ce que devait être une randonnée avec enfants (kilométrage, durée, toutes choses qui n’ont guère de sens pour des petits…). Merci de m’ouvrir les yeux sur une autre façon de voir, celle qui consiste à savourer l’instant présent 😉

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.